São Tomé und Príncipe Ministerpräsident Jorge Bom Jesus

São Tomé : l'augmentation des crimes violents est préoccupante

« La criminalité augmente de manière effrayante et avec des contours très violents et cela nous inquiète beaucoup », a déclaré le leader parlementaire du Mouvement pour la libération de São Tomé et Príncipe/Parti social-démocrate (MLSTP/PSD), Danilo Santos, qui a introduit au Parlement une demande d'audition des responsables des institutions judiciaires, avec l'intention de demander ensuite un débat sur le secteur.

São Tomé et Príncipe a enregistré huit homicides tout au long de l'année 2023, mais ce n'est qu'au cours des cinq premiers mois de cette année qu'elle a enregistré sept homicides, un indicateur avec lequel la direction de la police judiciaire s'est déclarée « assez préoccupée », soulignant toutefois que « Cinq des auteurs présumés de ces crimes sont en détention provisoire et seuls deux cas font encore l'objet d'une enquête.

Le secrétaire général de l'Action Démocratique Indépendante (ADI), Elísio Teixeira, le parti qui détient la majorité absolue au parlement de São Tomé, a souligné qu'il suivait également « avec une grande inquiétude » l'augmentation de la criminalité et s'alignait sur l'initiative parlementaire de le MLSTP-PSD.

« Nous sommes traditionnellement un pays de gens pacifiques, de gens de bonne humeur, c'est pourquoi (…) nous sommes extrêmement préoccupés et nous examinons différentes perspectives afin d'être ensuite sûrs de ce que nous pouvons faire et aider dans ce processus», a-t-il déclaré.

« Les attentes créées ne seront pas satisfaites »

Le sociologue et analyste Olívio Diogo a estimé que « les gens ne sont plus tolérants » et « sont plus violents » parce que « le taux de frustration est beaucoup plus élevé par rapport à l'année dernière ». prendre les choses en main », a-t-il ajouté.

Une lecture rejetée par le Premier ministre de São Tomé, qui a demandé de ne pas politiser la question.

« Les gens deviennent trop violents et nous commençons à identifier la nature de cette violence et cela n'a rien à voir avec le désespoir, le chômage, les situations qui existaient. (…) Le pays a connu des périodes où la vie était bien plus compliquée qu'elle ne l'est aujourd'hui et on n'a pas vu ça (…). Examinons cela de manière responsable afin que les solutions soient également les meilleures lorsqu'il s'agit d'identifier le problème », a déclaré Patrice Trovoada, à Lusa.

De nombreux crimes enregistrés ces derniers mois ont impliqué l'utilisation d'armes blanches, notamment un couteau ou une machette, que le sociologue Olívio Diogo associe au manque de contrôle sur la vente, la circulation et l'utilisation de ces armes sur la place publique, mais pas seulement : « Cela démontre que la personne a une froideur, une envie de prendre la vie, une envie de voir la souffrance des autres jusqu'à la mort (…). le niveau de violence a atteint un niveau sans précédent », a-t-il souligné.

Le Premier ministre a déclaré que le Gouvernement « fait des progrès dans la compréhension du problème » et que la deuxième phase consistera « à impliquer davantage d'acteurs, plus de partenaires », à « sensibiliser la société » pour adopter des « mesures d'urgence », afin de mettre un terme à la situation. mettre fin à la situation.

« Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de la violence est liée à une consommation excessive de boissons alcoolisées (…). Aujourd'hui, nous avons vu une série de fêtes qui se déroulent sans notification préalable à la police, ce qui fait qu'il y a du désordre sans que l'autorité soit présente », a souligné Patrice Trovoada.

Interrogé sur le débat d'urgence voulu par le MLSTP-PSD, le premier ministre a répondu : « Le MLSTP fait son travail d'opposition, je n'ai rien contre, je n'ai rien pour, je pense qu'un débat sérieux, responsable, constructif, il est toujours sain pour l’ensemble de la société.