La France appelle à une réponse « proportionnée » aux manifestations au Sénégal

La France appelle à une réponse « proportionnée » aux manifestations au Sénégal

La France a appelé mardi le Sénégal à assurer une réponse « proportionnée » à toute manifestation, après que les violences provoquées par le report de l’élection présidentielle ont fait trois morts.

« La France appelle à nouveau les autorités à organiser les élections présidentielles le plus rapidement possible », a indiqué le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

La France appelle à ce que tout recours à la force soit « proportionné », après que les Nations Unies ont souligné « des informations faisant état d’un recours inutile et disproportionné à la force contre des manifestants ».

« La France encourage tous les acteurs sénégalais à privilégier le dialogue et à préserver la longue tradition démocratique du Sénégal », a-t-il déclaré.

La décision du président Macky Sall au début du mois de reporter le vote du 25 février a plongé ce pays traditionnellement stable dans l’une de ses pires crises depuis des décennies.

Trois personnes, dont un adolescent, sont mortes dans les émeutes qui ont suivi.

Mardi, les autorités sénégalaises ont suspendu l’internet mobile et interdit une marche contre le report du vote.

Manifestants lors d’affrontements avec la police pour protester contre le report de l’élection présidentielle du 25 février, à Dakar, au Sénégal, le 9 février 2024.

Les manifestations affectent le tourisme, un secteur qui représentait 10 % du produit intérieur brut avant la pandémie de COVID-19, selon les données de la Banque mondiale.

« Nous avons enregistré un grand nombre d’annulations à cause de la crise », a déclaré Pape Berenger Ngom, président de l’Association des professionnels de l’hôtellerie-restauration du Sénégal.

« Les réservations d’hôtels ont été particulièrement affectées », a-t-il ajouté.

Les recherches de vols vers le Sénégal, qui dépend fortement du commerce du soleil hivernal, ont chuté de 17 % au cours de la semaine du 2 au 8 février par rapport à la semaine précédente, selon le cabinet de conseil ForwardKeys, qui surveille les tendances du secteur du voyage.

Toutefois, l’exploitant du village touristique Club Med a indiqué qu’à ce jour, il n’y a pas eu d’impact majeur.

Sa station balnéaire de Casamance était pleine à 98% lundi et elle n’a imposé aucune restriction sur les voyages à l’étranger, a-t-il indiqué.

Plusieurs multinationales semblent prêtes à affronter la tempête, le géant pétrolier et gazier britannique BP et l’australien Woodside développant de nouveaux gisements pétroliers au large des côtes sénégalaises.

Des multinationales telles que Nestlé, Philip Morris et TotalEnergies sont également implantées au Sénégal.

Les informations pour cet article ont été obtenues auprès de l’Agence France-Presse et de Reuters.