Les États-Unis considèrent le Cap-Vert comme un exemple pour l'Afrique, déclare le secrétaire d'État adjoint pour le continent

Les États-Unis considèrent le Cap-Vert comme un exemple pour l’Afrique, déclare le secrétaire d’État adjoint pour le continent

Le Cap-Vert est une « excellente démocratie » qui devrait servir d’exemple pour la région, a déclaré aujourd’hui la secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Molly Phee.

Lors d’une réunion téléphonique avec des journalistes pour discuter de la visite la semaine prochaine du secrétaire d’État Antony Blinken dans plusieurs pays africains, dont le Cap-Vert et l’Angola, Phee a noté que le Cap-Vert a déjà bénéficié de deux programmes du Millennium Challenge Account et « est éligible à un tiers .»

« Nous pensons que notre implication avec le Cap-Vert démontre l’impact positif des investissements américains dans les infrastructures en Afrique, ce qui est important pour les Africains », a déclaré Phee, qui, dans le cas du Cap-Vert, a souligné les investissements dans le port de Praia.

« Le Cap-Vert est également une excellente démocratie, un bon modèle pour la région et un partenaire important dans nos efforts visant à accélérer l’engagement avec les partenaires de la côte atlantique sur tous types de questions », a-t-il ajouté, soulignant parmi ces questions l’environnement et sécurité maritime.

« C’est pourquoi nous sommes vraiment impatients d’avoir l’opportunité de nous arrêter (au Cap-Vert) et d’avoir une bonne discussion », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’Angola, Molly Phee a déclaré que la guerre en République démocratique du Congo serait l’un des sujets importants à l’étude.

« L’Angola a joué un rôle important en essayant de résoudre et de réduire les tensions dans l’est du Congo et c’est donc l’un des sujets que nous espérons discuter », a-t-il déclaré. Après avoir rappelé que l’Angola dirige l’initiative de paix connue sous le nom de « Processus de Luanda »

« Nous sommes impatients d’avoir une conversation très importante avec le ministre des Affaires étrangères et le président sur leur leadership efficace dans la gestion des tensions dans l’est de la RDC et sur la manière dont nous pouvons compléter ce que nous avons déjà investi et ce qu’ils ont investi afin que nous puissions avancer. en avant », a-t-il déclaré.