Le retard dans le paiement des bourses affecte les étudiants à l’étranger

Le retard dans le paiement des bourses affecte les étudiants à l’étranger

Des centaines d’étudiants de São Tomé à l’étranger vivent des moments de désespoir et de détresse en raison des retards dans le paiement de leurs bourses.

Le gouvernement de l’archipel n’a pas eu la capacité financière de couvrir les dépenses d’un millier d’étudiants répartis dans onze pays.

Ces dernières semaines, des appels à l’aide sont venus de Cuba et du Maroc, mais dans neuf autres pays, il y a aussi des étudiants avec plus de 10 mois de bourse exceptionnelle.

« Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Depuis le gouvernement précédent, nous sommes confrontés à ce type de situation », déplore Ismael Oliveira, étudiant en médecine à La Havane.

À Cuba, par exemple, la lutte des dix étudiants de São Tomé aurait été plus dure s’ils n’avaient pas eu le soutien de collègues d’autres pays africains.

« Chacun apporte sa petite contribution pour aider ceux qui en ont le plus besoin. Nous avons eu la chance de vivre avec de très bonnes personnes qui nous ont beaucoup aidés », révèle Vanessa Trindade, une autre étudiante en médecine, qui depuis 10 mois fait face, sans le soutien du gouvernement de São Tomé, à l’augmentation vertigineuse du coût des médicaments. vivant dans la capitale, cubain.

Contrairement à Cuba, au Maroc les étudiants ne bénéficient pas d’un logement garanti par les autorités locales et selon Melane Bandeira la situation devient plus compliquée.

Garanties

« Le loyer de la maison est notre plus grosse dépense et il ne cesse d’augmenter. Nous avons réussi à surmonter la situation en groupe grâce à ce que les membres de la famille nous envoient et avec la partie de la bourse qui est allouée par les autorités marocaines », a déclaré le président de l’Association des étudiants de São Tomé et Príncipe au Maroc.

Contactée par Voice of America, la ministre de l’Éducation, Isabel Viegas de Abreu, garantit que les 10 étudiants cubains seront payés cette semaine, mais elle s’est montrée plus préoccupée par les quelque 400 étudiants qui se trouvent au Maroc.

« Le Maroc n’a pas actualisé les bourses qu’il propose à nos étudiants depuis plus de 10 ans. Ce qu’ils reçoivent aujourd’hui ne suffit même pas à payer le loyer de leur logement », affirme le responsable du gouvernement de São Tomé, soulignant qu’il a été difficile de gérer le problème des étudiants à l’étranger ».

« Beaucoup de jeunes qui s’inscrivent dans les universités, envoyés par leurs parents, après avoir été à l’étranger, ont besoin de l’aide du gouvernement, ils deviennent étudiants de l’État de São Tomé, et nous n’avons pas pu supporter ces dépenses », dit le ministre de éducation.