Menu
7sur7senegal.com
7sur7senegal.com

Thiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la bceao : "une économie en croissance n’a pas besoin de voir sa monnaie dévaluée"

Une économie en croissance "n’a pas besoin" de voir sa monnaie dévaluée, estime le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BECEAO), Thiémoko Meyliet Koné, exhortant à une diversification des offres de produits à l’exportation.



Thiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la bceao : "une économie en croissance n’a pas besoin de voir sa monnaie dévaluée"
"Une économie en croissance, n’a pas besoin d’une dévaluation. C’est une décision qui se prend pour régler un problème ponctuel. Elle ne vient que si les économies ne sont pas en croissance", a-t-il dit mardi lors d’une rencontre thématique avec lors d’une rencontre thématique avec le Collectif des journalistes économiques du Sénégal (COJES).
 
"La dévaluation n’est pas la solution idéale", a insisté Thiémoko Meyliet Koné, dans des propos rapportés dans un film documentaire projeté à cette occasion et intitulé "Franc CFA : préjugés et vérités".
 
Selon le gouverneur de la BCEAO, le plus important est de faire en sorte que les économies concernées soient diversifiées. "Nous devons dépendre de plusieurs produits à l’exportation et non à un seul. Aujourd’hui, la monnaie ne constitue pas un problème mais une solution’’, a-t-il indiqué.
 
Il souligne que la stabilité de la monnaie joue "un rôle essentiel dans la lutte contre l’inflation qui aujourd’hui, reste faible dans nos pays de l’UEMOA".
 
"La stabilité des pays est importante non seulement pour une économie en développement mais aussi pour toutes les économies, en vue de permettre aux populations de maintenir leur pouvoir d’achat", a-t-il fait valoir.
 
La polémique sur le maintien ou non du franc CFA "ne date pas d’aujourd’hui’’, mais cette monnaie, construite depuis 50 ans", "ne doit pas être déconstruite" pour autant.
 
"Il est vrai que cette monnaie a circulé sous une certaine forme mais aujourd’hui, la Banque centrale qui la gère a été profondément réorganisée", a assuré Thiémoko Meyliet Koné, avant d’ajouter : "La passion dans la gestion économique n’est pas la meilleure solution".
 
Réagissant notamment sur le rôle de la France, il fait observer que ce pays "assure la convertibilité de la monnaie’’ et "la garantit. Cependant, a-t-il insisté, "le franc CFA est la monnaie des Africains qui la gèrent et vont continuer à la gérer".
 
"Le rôle de la France est d’assurer la convertibilité de la monnaie. Elle l’a garantie. Nous devons lui donner tout le dispositif nécessaire pour le faire, les mêmes que l’on observe dans les autres banques commerciales", a soutenu M. Koné.
 
Évoquant les comptes d’opérations de la BCEAO, il signale qu’elle en dispose 32 dans 10 pays à travers le monde, lesquels comptes "sont articulés en 8 devises".
 
"Ces comptes d’opérations sont des comptes courants servant à régler des transactions extérieures et toutes les importations des pays membres de l’Union. Le seul qui pose problème est celui qui est en France", selon Thiémoko Meyliet Koné.
Mercredi 5 Décembre 2018
7sur7senegal