Menu
7sur7senegal.com
7sur7senegal.com

Des employés licenciés et des tarifs augmentés, Kaolack malade de son hôpital



Des employés licenciés et des tarifs augmentés, Kaolack malade de son hôpital
A l’hôpital El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack, le Directeur général Saliou Tall et son personnel ne parlent plus le même langage. Ce lundi, quatre (4) travailleurs affiliés au Syndicat Unique des Travailleurs de la Santé et de l’Action sociale (Sutsas) ont été licenciés, suite à une Assemblée générale (AG) tenue par ledit syndicat dans le cadre du 16e plan d’action de l’Alliance And Gueusseum. Pis, des motivations de certains agents ont été coupées.
  La situation actuelle de l’hôpital El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack inquiète. Depuis un certain temps, ledit établissement est pollué par des « demandes d’explications » suite à un sit-in des syndicalistes, qui, actuellement, déplorent la « coupe » de leurs motivations par le directeur.
Joint au téléphone par nos confrères de PressAfrik, un des travailleurs qui a parlé sous couvert de l’anonymat, accuse leur directeur général, Saliou Tall, de vouloir leur rendre la vie difficile. «Le personnel de l’hôpital régional de Kaolack vit des situations très difficiles ces derniers temps. Lorsque des membres du Sutsas ont organisé un sit-in, le Dg de ladite structure leur a adressé des demandes d’explications. Des motivations de certains travailleurs ont été coupées», informe notre interlocuteur.
 » 4 personnes ont été licenciées ce matin « 
Poursuivant, il ajoute que « 4 personnes ont été licenciées ce matin pour avoir participé à l’Assemblée générale (AG) organisée par le Sutsas dans du cadre du 16e plan lancé par l’Alliance And Gueusseum dont ils font partis ».
L’accusant de vouloir faire  » le gendarme « , notre source révèle que :  » le Dg, Saliou Tall, travaille en privé avec le laboratoire « Bio Amarie » ». En effet, explique-t-elle, « au lieu de faire les analyses à l’intérieur même de l’hôpital qui a été bien équipé pour cela, il préfère donner cette tâche à « Bio Amarie » en lui conférant la moitié de l’argent du ticket acheté par le patient ».
 » Les tarifs ont augmenté »
Évoquant le calvaire des patients, notre source de renseigner : « il y a rien dans cet hôpital, ni seringue, ni un bon service encore moins un accueil. Tous les tarifs ont augmenté sans raison. Les tickets de consultations des urgences qui étaient à 2500F Cfa le jour et 5 000 F Cfa la nuit, sont désormais à 5000 F Cfa peu importe l’heure. Les tickets d’analyses sont passés de 2500 à 5000 F Cfa et les échographies qui étaient à 10 000 sont maintenant à 15 000 F Cfa comme dans les cliniques. »
« Ceci est une situation qui pousse les patients à aller vers les cliniques », peste notre source qui souligne que le personnel est « prêt à s’asseoir autour d’une table » avec le Dg pour discuter de cette situation qui risque de dégénérer si rien n’est fait.
Jointe au téléphone, la chargée de communication de l’hôpital, Aissatou, soutient qu’elle « ignore un tel fait », tout en soulignant ne pas être la « personne indiquée » pour donner la bonne information.
Mardi 4 Décembre 2018
7sur7senegal