Menu
7sur7senegal.com
7sur7senegal.com

Babacar Diagne : Le CNRA "gère des situations", ne compte pas répondre ’’aux invectives’’

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), appelé à s’occuper de "situations" précises, ne compte pas réagir aux invectives des acteurs de l’audiovisuel défiant la loi, a déclaré jeudi à Dakar son président Babacar Diagne.



Babacar Diagne : Le CNRA "gère des situations", ne compte pas répondre ’’aux invectives’’
"Dans notre démarche, nous nous occupons des situations. Nous travaillons à des situations, pas par rapport à des personnes. Nous ne réagissons pas aux invectives de ceux qui défient’’ la loi, "nous avons la tête froide et les pieds sur terre. Nous gérons des situations", a-t-il martelé.
 
L’ancien directeur général de la Radiotélévision sénégalaise (RTS, publique) et ex-ambassadeur du Sénégal en Gambie et aux Etats-Unis visitait jeudi matin les locaux du groupe EXCAF et les installations de la TNT, la Télévision numérique terrestre.
 
Il a fait part de la volonté du CNRA de "rectifier les situations" notamment conflictuelles dans lesquelles se trouveraient certains acteurs sénégalais des médias.
 
"Nous avons un paysage audiovisuel important, mais il y a beaucoup de défaillances. Le paysage n’est pas comme il faut. Nous voulons discuter et arriver à un paysage majeur", a souligné Babacar Diagne.
 
A l’en croire, le paysage audiovisuel sénégalais "est un paysage où il n’y a pas de cahiers de charges, de conventions, dans lequel les programmes ne sont pas déposé".
 
"Ailleurs, c’est des paysages majeurs, où tout est facile. Même les sondages qui posent ici problème, n’en posent pas" dans ces pays, a relevé Babacar Diagne, soulignant "le rôle précurseur" du Sénégal en matière de libéralisation de l’audiovisuel en Afrique de l’Ouest.
 
Dans ce cadre, le président du CNRA a expliqué sa "démarche de proximité" par une volonté de "changer un peu les choses". 
 
"Nous ne voulons pas rester dans nos bureaux et avoir des relations par lettres ou courriers. Nous voulons voir directement les concernés, les acteurs du paysage, parler et discuter des problèmes", a précisé M. Diagne.
Jeudi 8 Novembre 2018
7sur7senegal