84 signalements d’abus sexuels sur mineurs enregistrés

84 signalements d’abus sexuels sur mineurs enregistrés

L'Institut pour l'enfance et l'adolescence (ICCA) indique que cette année, 84 cas d'abus sexuels et de viols sur mineurs ont été enregistrés au Cap-Vert.

Selon l'ICCA, sur les 84 cas signalés cette année, l'accent est mis sur les filles (75), avec 58 filles âgées de treize à dix-sept ans, ce qui nécessite une plus grande attention.

Une situation préoccupante qui, selon les experts, résulte de la vulnérabilité sociale et de la pauvreté de nombreuses familles.

Ils reconnaissent que la législation du pays est bonne, mais ils estiment que les problèmes ne peuvent pas être résolus simplement par plus ou moins de droit pénal, mais par une plus grande sensibilisation et éducation de la société.

Pour le psychologue Nilson Mendes, qui a suivi cette problématique, il est impératif de renforcer les mécanismes de communication et de transmission des valeurs au sein de la famille et au sein des communautés afin de favoriser une meilleure compréhension que les enfants et les adolescents ont besoin de la protection de tous.

« En collaboration avec les familles où il y a des agresseurs dans ce cas, travailler sur les facteurs, notamment la question de la vulnérabilité, créer des opportunités, encourager la formation dans les communautés », dit Mendes, qui prône également une plus grande interaction avec « les écoles et la fourniture d'outils d'accès à justice au niveau communautaire ».

Par ailleurs, l'ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats, Hernany Soares, estime qu'il devrait y avoir une plus grande complémentarité dans le domaine de la sensibilisation et du travail éducatif dans les communautés.

« Si vous ne faites pas un travail social et comportemental pour faire prendre conscience aux gens que la relation avec des mineurs est un délit, vous n'y arriverez pas. À mon avis, ce qui manque peut-être au Cap-Vert, c'est d'aller directement dans ces localités où il y a une grande concentration d'implication auprès des mineurs et de renforcer ce travail socio-éducatif », dit l'avocat.

Le gouvernement a lancé une campagne visant à renforcer la protection des enfants et des adolescents, déclarant la tolérance zéro contre « le viol et les abus sexuels », mais exhorte chaque citoyen à être plus vigilant et actif en le signalant.

La présidente de l'ICCA, Zaida Freitas, affirme que la structure travaille déjà sur un projet qui implique d'autres partenaires publics et privés afin de lutter contre le fléau du viol et des abus sexuels sur mineurs.