Menu
7sur7senegal.com

Washington menace Pyongyang d'une "réponse militaire massive"

Comment faire face à une Corée du Nord nucléaire ? La question est posée après le nouvel essai nucléaire de Pyongyang qui a annoncé dimanche avoir testé avec succès une bombe à hydrogène. Washington avertit : une "réponse militaire massive" suivrait en cas de menace directe des Etats-Unis et de leurs alliés. Et la Maison Blanche n'exclut pas d'utiliser la force nucléaire.



Washington menace Pyongyang d'une "réponse militaire massive"
Le sixième essai nucléaire de la Corée du Nord qui affirme avoir testé la bombe H, à hydrogène - "une réussite parfaite" -  a suscité la consternation dans la communauté internationale.

La puissance du tir de dimanche était de 10 kilotonnes selon des spécialistes sud-coréens, cinq à six fois supérieure à celle du précédent test nord-coréen en septembre 2016.

Les condamnations n'ont pas tardé. Chine, Japon, Corée du Sud, Russie, Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni sont unanimes. La Corée du Nord doit être arrêtée dans sa course à l'armement atomique, son objectif déclaré.

Moscou met en garde contre une "nouvelle escalade". Séoul veut "isoler complètement" son voisin du Nord. Pékin exhorte Pyongyang à stopper des actes qui vont à l'encontre de ses intérêts.

Reste à trouver les réponses, appropriées, face à Pyongyang. 
 
Quelles réponses face au régime de Kim Jong-Un ?

C'est toute la complexité, sachant que les sanctions ont été jusqu'ici inefficaces, et que le régime de Kim Jong Un poursuit activement son programme assurant dorénavant pouvoir équiper ses missiles longue portée (ICBM) d'un engin présenté, photos à l'appui, comme une bombe H (bombe à hydrogène ou thermonucléaire) miniaturisée.
 
Photo non datée diffusée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA le 3-09-2017 montrant le dirigeant nord-coréen examinant ce qui est présenté comme une bombe H
Photo non datée diffusée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA le 3-09-2017 montrant le dirigeant nord-coréen examinant ce qui est présenté comme une bombe H

Les Etats-Unis n'ont pas attendu le Conseil de sécurité de l'ONU qui se réunit en urgence ce lundi pour réagir.

Quelques heures après le tir nord-coréen, le secrétaire d'Etat à la Défense, le général Jim Mattis a promis une "réponse militaire massive" au cas où Pyongyang menaçait le territoire américain ou celui de leurs alliés. 

Les Etats-Unis ne recherchent pas "l'anéantissement total" de la Corée du Nord, ajoute Jim Mattis.

► La mise en garde solennelle du ministre de la Défense à Pyongyang

La Maison Blanche va plus loin.

Suite à l'entretien entre le président Trump et le Premier ministre japonais Shinzo Abe, elle a indiqué que les Etats-Unis n'excluaient pas d'utiliser leurs capacités nucléaires en cas de menace nord-coréenne. 
 
Le président Trump a réaffirmé l'engagement des Etats-Unis à défendre notre patrie, nos territoires et nos alliés en utilisant la gamme complète des capacités diplomatiques, conventionnelles et nucléaires dont nous disposons.
Communiqué de la Maison Blanche

Des réactions qui témoignent d'un réel embarras de Washington, relève le correspondant de TV5monde.



Donald Trump, qui a dénoncé "des actions dangereuses pour les Etats-Unis", a laissé planer le doute sur ses intentions. A un journaliste qui lui demandait s'il envisageait une réponse militaire, le président américain a répondu: "Nous verrons".

"La Corée du Sud s'aperçoit, comme je le leur ai dit, que leur discours d'apaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose !", a lancé le président américain sur Twitter dès dimanche matin à l'intention de son homologue sud-coréen Moon Jae-In, partisan d'un dialogue avec le régime de Kim Jong-Un.

Le président américain a par ailleurs accru la pression sur Pékin et Séoul, menaçant d'arrêter de commercer avec les partenaires économiques de Pyongyang. La Chine, allié traditionnel du régime nord-coréen, est également son premier partenaire commercial.
 
Option militaire risquée 

Intervenir militairement contre le régime de Pyongyang ? Les experts estiment que c'est extrêmement risqué, car cela pourrait provoquer une réaction en chaîne et un grave conflit régional.

Au lendemain du tir nord-coréen, un quotidien sud-coréen exhorte les autorités de Séoul à se doter de l'arme atomique et à ne plus dépendre des Etats-Unis pour la sécurité du pays.
 
Au moment où des armes nucléaires sont agitées au-dessus de nos têtes, nous ne pouvons pas toujours dépendre du parapluie nucléaire et de la dissuasion américaine.
Editorial, Donga Ilbo 
Par ailleurs, Séoul a mené ce lundi un exercice militaire impliquant des missiles balistiques, simulant une attaque sur le polygone d'essais nord-coréen (le site d'essais de Punggyeri dans le nord-est du pays, ndlr). Des "cibles choisies" ont été touchés en mer du Japon, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. 

Si l'option militaire n'est pas une solution, comme un certain nombre de généraux américains en sont eux-mêmes convaincus, reste alors le dialogue.

Pour Koo Kab-Woo, spécialiste de la Corée du Nord à l'Université de Seoul, "la Corée du Nord continuera son programme d'armes nucléaires à moins que les Etats-Unis ne proposent des discussions".  
                  
Lundi 4 Septembre 2017
tv5monde