Menu
7sur7senegal.com

PIERRE-MICHEL NGUIMBI : ‘’L’ACTE DE KEMI SÉBA N’EST PAS UN BON EXEMPLE POUR LA JEUNESSE AFRICAINE’’



PIERRE-MICHEL NGUIMBI : ‘’L’ACTE DE KEMI SÉBA N’EST PAS UN BON EXEMPLE POUR LA JEUNESSE AFRICAINE’’
 L’ambassadeur-sortant de la République du Congo au Sénégal, Pierre-Michel Nguimbi, a dit vendredi comprendre l’acte de l’activiste franco-béninois Kémi Séba en brûlant un billet de 5000 FCFA, jugeant toutefois que "ce n’est pas un bon exemple pour la jeunesse africaine.’’ 
 
Le président de l’ONG Urgences Panafricanistes a été expulsé le 6 septembre dernier du Sénégal vers la France quelques jours après avoir été relaxé par le tribunal pour avoir brûlé un billet de 5 000 francs CFA (7,6 euros) lors d’une manifestation contre la "Françafrique’’ le 19 août à Dakar.

Il a comparu le 29 août sur la base d’une plainte de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), dont le siège est à Dakar, l’institut d’émission en Afrique de l’Ouest du franc CFA, monnaie de 14 pays francophones de l’ouest et du centre du continent africain.
 
Accusé d’être ’’une menace grave pour l’ordre public’’, il a été expulsé vers la France.
 
’’Ce n’est pas un bon exemple qu’il a voulu offrir à la jeunesse africaine en brûlant en public un billet de banque’’, a estimé l’ambassadeur du Congo à Dakar. Il a néanmoins reconnu que l’activiste a "posé un débat de fond’’ qui interpelle tous les Africains en ce qui concerne la monnaie qui constitue, selon lui, "une question de souveraineté nationale.’’

Le diplomate congolais accrédité à Dakar avec juridiction sur le Burkina Faso, le Cap-Vert, le Mali, la Gambie, la Guinée et la Guinée-Bissau était l’invité de la rédaction de l’APS, ce vendredi.

"Ce débat sur le FCFA mérite d’être recentré dans sa gestion, dans sa gouvernance’’, a-t-il suggéré, affirmant que cette démarche permettra "de pouvoir poser les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses.’’

Interpellé sur la réaction de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à l’acte de l’activiste franco-béninois, Pierre-Michel Nguimbi a invité les Etats qui ont en partage le FCFA comme monnaie d’échange, "à faire preuve de fermeté pour pérenniser l’indépendance et la politique monétaire.’’

Considérée par ses détracteurs comme la dernière monnaie coloniale en cours, le francs CFA, créé en 1945, est la devise partagée par 14 pays d’Afrique subsaharienne plus les Comores.
Avec APS
Vendredi 15 Septembre 2017