Menu
7sur7senegal.com

ABDOU LATIF COULIBALY : ’’LA SITUATION DES SERVICES DU SECTEUR CULTUREL DOIT ÊTRE AMÉLIORÉE’’



ABDOU LATIF COULIBALY : ’’LA SITUATION DES SERVICES DU SECTEUR CULTUREL DOIT ÊTRE AMÉLIORÉE’’
 Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a effectué lundi une visite des différents services relevant de son département, une prise de contact à l’issue de laquelle il a déclaré avoir "la claire conscience qu’il faut aider à améliorer la situation" des structures concernées.
 
"Il faut aider à améliorer la situation de ces structures tant du point de vue matériel, physique, que du point de vue des conditions de travail des techniciens qui y sont", a-t-il dit à des journalistes.
 
Mais "ce n’est pas des choses données, il faut travailler", a ajouté M. Coulibaly, qui a pris service le 21 septembre dernier avec la formation du dernier gouvernement.
 
Sa visite l’a d’abord conduit au centre culturel régional Blaise Senghor de Dakar, où il a évoqué la nécessité de sauvegarder les archives photos, après avoir consulté des photographies datant de l’époque coloniale et des premières années de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale.
 
Ces dernières constituent "un fond documentaire sur lequel il faut travailler", a insisté le ministre de la Culture, au sujet des clichés exhibés par le directeur du centre culturel Blaise Senghor, Balla Ndiaye.
 
L’un de ces clichés évoque une exposition visitée par le président Léopold Sédar Senghor (1960-1981). ’’C’est un patrimoine extraordinaire, il faut voir comment les conserver et les numériser", a commenté Abdou Latif Coulibaly.
 
Le ministre a déploré l’état du studio du centre culturel Blaise Senghor, souvent utilisé par les jeunes talents, et a promis de doter l’établissement d’un nouveau studio "dès la semaine prochaine".
 
"Blaise Senghor est un centre d’incubation culturelle. Il y a beaucoup de jeunes talents qui s’y préparent, et le studio trouvé est quelque peu fatigué, nous avons décidé de mettre immédiatement en place dès la semaine prochaine un des studios que mon prédécesseur avait acquis", a-t-il annoncé.
 
De cette manière, a indiqué Abdou Latif Coulibaly, les structures du centre culturel Blaise Senghor seraient à même d’offrir aux jeunes la possibilité de "faire des enregistrements et d’avoir du matériel pour faire du mastering".
 
Des plasticiens ont profité de la visite du ministre pour demander un espace de création au sein du centre culturel Blaise Senghor.

La prochaine édition du FESNAC se déroulera ’’sans anicroche’’

Dans les locaux du Festival national des arts (FESNAC) et du "Spectacle son et lumière" au Point E, Abdou Latif Coulibaly a fait le point sur les préparatifs de la prochaine édition du FESNAC, prévue au mois de décembre à Louga.
 
Le budget "est en place" pour que la prochaine édition soit organisée "sans anicroche du 20 au 23 décembre", a assuré la directrice du FESNAC, Fatou Sidibé Diallo.
 
Le directeur du "Spectacle son et lumière", Birame Mbarou Diouf, a lui surtout insisté sur la conservation et l’utilisation du matériel.
 
Aux yeux du ministre de la Culture, "la gratuité de ce service pose problème, si on ne fait rien, on va perdre ce matériel, six milliards de francs CFA de son et lumière et de scène".
 
"Il va falloir trouver une solution parce que tout le monde pense qu’il y a droit, il faut rationnaliser ce matériel", a recommandé le ministre.
 
A la Maison de la culture Douta Seck, Abdou Latif Coulibaly a sensibilisé les artistes sur l’importance d’adhérer à la mutuelle de santé qui leur est dédiée.
 
"Il y a 450 mille artistes au Sénégal qui sont recensés, quatre mille seulement se sont inscrits à la mutuelle", a-t-il relevé, avant de revenir, devant ses interlocuteurs, sur la politique de l’Etat en matière de sauvegarde et de promotion des droits des artistes.
 
Il a affirmé les engagements de l’Etat à "inonder les caisses" de la Société de gestion des droits d’auteur et droits voisins (SODAV) et la décision du président de la République de payer les arriérés des droits d’auteur dus par l’Etat lors de la dernière édition du Festival mondial des arts nègres (FESMAN), tenue en 2010 (10-31 décembre).
 
Abdoulatif Coulibaly a salué le travail de l’Orchestre national, une structure qui a su se doter d’un "répertoire extrêmement riche et bien travaillé", sans compter "une qualité musicale basée sur une science musicale établie".

Faire du prochain Dak’art ’’la plus grande manifestation consacrée à l’art en Afrique

A la Galerie nationale, sur l’avenue Albert Sarraut, dans le centre-ville, le ministre a annoncé avoir décidé de "remettre sur les rails les grandes cérémonies de vernissage" et les soirées folkloriques avec le ballet "La Linguère", comme cela se faisait du temps du premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor.
 
Le ministère de la Culture a par ailleurs l’ambition de faire en sorte que la prochaine Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’art), "la plus grande manifestation consacrée à l’art sur le continent africain, soit la plus belle", a-t-il promis.
 
Le directeur du Livre et de la Lecture, Ibrahima Lô, a de son côté promis d’accompagner le ministre, "pour que le secteur de l’édition contribue au développement du pays".
 
"Il faut donner goût à la lecture, faire en sorte que le livre soit de qualité et de quantité", avait auparavant souhaité Abdou Latif Coulibaly.
 
S’agissant du Mémorial de Gorée, Abdou Latif Coulibaly fait savoir que ce projet bénéficie d’une inscription budgétaire de 5 milliards de francs CFA qui va financer sa réalisation "sur plusieurs années".
Mardi 17 Octobre 2017
7sur7senegal 7sur7senegal